28
Sep

La disparition du petit Jean (Fomperron, 1820)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Les disparitions d’enfants  provoquent de véritables psychoses dans les familles et les villages. En 1820, à Fomperron, c’est le petit Jean Chaigne, 13 ans, qui disparaît. L’issue de cette histoire va plonger les enquêteurs dans les profondeurs de l’âme humaine. 

10 janvier 1820. René Charon a la mine des mauvais jours. En frappant frénétiquement à la porte de Marc Chaigne à 3h du matin, le bordier de 34 ans n’avait pas l’intention de lui faire peur. Seulement la situation est tellement grave qu’il ne peut réprimer sa panique. Alors que la porte s’ouvre laissant apparaître le visage de Marc Chaigne, les yeux pleins de sommeil, René Charon s’empresse de lui résumer la situation. Lire la suite »

3
Août

Ballin le sacristain pas très malin (Genneton, 1823)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Le crime parfait. Voilà ce dont tout apprenti assassin rêve au moment du passage à l’acte. Malheureusement entre le rêve et la réalité, il y a parfois un gouffre. La preuve avec cette histoire qui prêterait à sourire si elle n’avait pas débouché sur la mort d’une jeune femme. 

9 mai 1823. René Ballin court à perdre haleine à travers les champs autour de Genneton. Le visage tendu, l’allure déterminée, il sait que ce jour de printemps va changer sa vie. A 26 ans, après des jours de doutes et de tergiversations, le cultivateur est à présent sûr de lui : il doit tuer sa femme. Lire la suite »

29
Juil

La horde sauvage (Amailloux, 1834)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Dans des circonstances particulières, il arrive que les hommes se transforment en bêtes furieuses lorsque se crée le phénomène de groupe. L’étincelle qui met le feu aux poudres est parfois insignifiante au regard de la tragédie finale. Pour preuve, cette partie de chasse paisible organisée par six notables en 1834 dans les environs d’Amailloux.

18 septembre 1834. Charles-Emmanuel Chaboceau, 33 ans, Jean-Baptiste Sauzeau, 40 ans, son frère Joseph et trois de leur amis1, marchent à pas de loup au beau milieu de la lande gâtinaise. Depuis les premières heures du jour, les six chasseurs ont quitté leurs belles propriétés situées à Parthenay et à Viennay, pour venir traquer le gibier, à une dizaine de kilomètres de là, dans les champs environnant Amailloux. La période de la chasse bat son plein et pour multiplier les chances de réussite, les six amis se sont dispersés en petits groupes. Lire la suite »

11
Juil

Le »Crime du jeudi », ça commence demain !

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Médias-Presse-Rendez-vous

Vous êtes prêts ! J’espère, car demain débute la saison 16 du « crime du jeudi ». C’est quoi le « crime du jeudi » ? Et bien, depuis 2003, je vous raconte tous les jeudis l’été dans le quotidien « La Nouvelle République » des Deux-Sèvres, un crime qui a marqué l’histoire de ce département. Pour le début de la saison 16, c’est une histoire de chasse et de chasseurs qui vous attend : l’affaire Sauzeau-Chaboceau à Amailloux en 1834.

11
Juil

Vignerons et amoureux des belles récoltes (La Ronde, 1850)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Ah l’héritage ! Un sujet parfois très sensible dans les familles ! Et cela ne date pas d’hier. La preuve avec ce crime commis à La Ronde, près de Moncoutant, en 1850.

Louise Favreau, 30 ans, est une femme contrariée. Depuis des semaines, elle peste, se retourne l’esprit, confie son malheur à ses amis, mais rien n’y fait. La colère ne passe pas. Le motif de son mécontentement pourrait faire sourire. Il va pourtant déboucher sur une affaire tragique.  Lire la suite »

Alcool, racisme, violence…Quand les faits-divers nous éclairent sur la vie quotidienne des Deux-Sèvriens dans les campagnes à la fin du XIXe siècle. 

20 décembre 1898. 19 h. Deux hommes s’échappent en courant de l’auberge des Trois lapins située dans le village de Pitié, commune de La Chapelle-St-Laurent.  « Courons vite chercher nos fusils ! » lance l’un d’eux. « Oui mais il n’y a pas de cartouches », répond l’autre. « Nous en ferons » 1 Comme des fous, Charles Bouchet, 23 ans, et son frère, Adrien, 19 ans, pénètrent dans leur roulotte respective, installée devant le calvaire sur la place du village. En quinze minutes, les deux complices, le souffle court, s’emparent chacun de leur fusil, qu’ils ont pris le temps de charger après avoir fabriqué des cartouches. Ils marchent à présent en direction des quatre autres roulottes situées à quelques mètres des leur. Albert Hervé et sa famille vont apprendre de quel bois on se chauffe chez les Bouchet. Il ne fallait pas leur chercher des histoires et les frapper tout à l’heure dans l’auberge. Lire la suite »

Il y a des vies qui ressemblent à des fresques romanesques. Celle de Vassily Bytchkoff Petrovich aurait pu sortir de l’imagination de Tolstoï.  Pourtant bien réel, son destin l’a conduit de sa Russie natale jusqu’en Deux-Sèvres où sa vie a basculé. 

Le regard inquiet, les traits creusés, Vassily Bytchkoff Petrovich semble perdu dans ses pensées. En ce jour du 26 mai 1919, le militaire de 30 ans peine à cacher ses émotions. Un homme en costume, assis face à lui, l’air sévère, le questionne depuis plusieurs minutes. Son interprète, un jeune soldat Français, lui explique qu’il s’agit de Charles Rousseau, juge d’instruction de l’arrondissement de Melle. Ce magistrat n’a pas l’air commode. Ses yeux sont plantés dans les siens, comme pour percer son mystère. Vassily baisse la tête. Il n’a pas besoin des réprimandes du juge pour comprendre la gravité de son acte. Alors, avec calme, il déroule son histoire, digne des grandes sagas romanesques slaves.  Lire la suite »

22
Déc

« Les frères ennemis » vivaient bien en Deux-Sèvres (Verrines, 1890)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Pas de besoin de chercher bien loin celui qui vous fera un jour la peau. Il est peut être assis à côté de vous en ce moment. Car dans un nombre conséquent de crimes, l’assassin et la victime appartiennent à la même famille. La preuve. 

On peut être frères de sang, habiter à quelques mètres l’un de l’autre et se détester au plus haut point. A Verrines, petit village de la commune de Ste-Soline, tout le monde connaît les querelles de la famille Barillot. De mémoire des plus anciens, cette animosité date au moins des années 1860, soit plus de trente ans. Lire la suite »

5
Déc

Un capitaine de la garde nationale frappé à mort (Niort, 1848)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

L’étude des archives judiciaire montre que le guet-apens demeure l’une des techniques les plus utilisées dans le passage à l’acte crapuleux. La preuve avec ce crime commis à Niort par de jeunes gens en 1848. 

Décembre 1848. Pierre Jeamot, 24 ans et Eulalie Lassarade, 19 ans, sont de jeunes mariés. Il y a treize mois, les deux amoureux ont convolé en justes de noces se promettant entraide et solidarité, pour le meilleur et pour le pire. Le pire, ils ne le savent pas encore, ils ne vont pas tarder à le connaître. Lire la suite »

29
Sep

« Ma femme est morte hier et je l’ai enterrée » (Les Aubiers, 1817)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Le crime du jour, survenu aux Aubiers en 1817, a de quoi surprendre. Il traduit pourtant la réalité d’une époque (XIXe siècle), celle où la vie d’une femme ne comptait pas beaucoup. 

16 octobre 1817. Il est environ 17 h quand un paysan se présente au domicile du maire du village des Aubiers, Joseph-Alexandre de Mignot d’Houdan. Le premier magistrat reconnaît Louis Albert, domestique de M. Ducoudray, un propriétaire de la commune. A 45 ans, Louis, est un père de famille un peu particulier. Le notable le salut et lui demande la raison de sa visite. « Ma femme est morte hier et je l’ai enterrée » lui rétorque le domestique tout en s’amusant avec le jeune chien du notable. Lire la suite »

Page 1 sur 101234510Dernière page »
'