Archive du 27 août 2014

Le Mémorial des Deux-Sèvres du 6 mars 1879 (archives départementales des Deux-Sèvres)Au XIXe siècle, le sort des femmes est peu enviable. Lorsqu’elles sont battues ou menacées pour des maris tyranniques, la grande majorité n’imagine même pas quitter le foyer conjugal. La faute aux traditions, à la réputation laissée auprès de la communauté villageoise toute puissante, au poids de l’Eglise mais aussi à la peur des représailles. Seules quelques-unes s’y risquent. Parfois à leur risque et péril. 

Auguste Barbanneau jubile intérieurement. Il a bien berné son monde en acceptant le divorce que lui demandait sa femme depuis des années. Au départ, l’idée d’une séparation lui était pourtant  insupportable. Son honneur dans le village était en jeu. Et puis, à 42 ans, on ne fait une croix sur 20 années de mariage pour les motifs invoquées par son épouse ; mais après mûre réflexion, il a fini par se plier à ses désirs… tout du moins en façade. Lire la suite »

'