Archive de novembre, 2014

Louis Gerson n’a finalement travaillé qu’un an pour les frères Vergnault. Non reconduit  le 1er novembre 1827, il s’est engagé quelques jours plus tard pour des fermiers de  la commune de Gourgé. (sources : Archives Départementales) L’étude des archives judiciaires des Deux-Sèvres nous montre que les experts du crime n’étaient pas toujours en mesure de « repérer » des traces sur les corps des cadavres. Au point de déclarer la mort naturelle. C’est souvent la rumeur publique qui permettait l’ouverture d’une enquête et se chargeait ensuite de désigner le coupable idéal. Exemple glaçant.

2 novembre 1827. A la Largère, une métairie de la commune d’Amailloux, c’est l’heure du souper. Autour de la table, les frères Jacques et François Vergnault, exploitants de la propriété, ont pris place. A côté d’eux, l’épouse de François est là pour les servir. Malgré l’état avancé de sa grossesse, la femme fait son possible pour que le repas se déroule du mieux possible ; malheureusement, l’ambiance n’est pas vraiment à la fête. Lire la suite »

'