Archive de septembre, 2020

L’affaire du Champ-Rouge, survenue en 1931, est l’une des histoires criminelles les plus passionnantes du XXe siècle dans les Deux-Sèvres. Médiatiquement, elle a passionné les Deux-Sévriens, notamment les habitants de Lezay, qui, exaspérés par la tournure de la procédure, ont joué un rôle considérable dans le dénouement de l’affaire. Le dossier de procédure, longtemps tenu secret en raison du délais de communicabilité (le délais est passé de 100 ans à 75 ans), est désormais en  accès libre aux Archives Départementales sous la côte 2U417-418. Sa lecture éclaire l’affaire d’un autre regard (que celui de la presse) avec les nombreux interrogatoires de la famille Réaud, les expertises et les auditions de témoins. 

Samedi 22 août 1931. A 6h45, Marius Poyet, 40 ans, circule à vélo dans les rues de Lezay. Malgré la pluie, le propriétaire s’est levé de bonne heure pour arriver avant ses ouvriers sur le chantier de la maison qu’il fait rénover depuis plusieurs mois. Alors qu’il pédale dans la rue du temple, un axe situé au sud-ouest du bourg, son attention est subitement attirée par des cris de femmes provenant de la demeure de la famille Réaud. Le cycliste tourne la tête en direction de la maison de l’ancien gendarme pour essayer de comprendre l’origine des hurlements terrifiants qu’il perçoit, mais les hauts murs de la propriété l’empêchent de distinguer la moindre silhouette. Bientôt les cris s’espacent puis cessent. Rassuré, le cycliste poursuit sa route. Sans le savoir, Marius Poyet vient d’être le principal témoin d’une des plus grandes affaires criminelles du XXe siècle dans les Deux-Sèvres. Lire la suite »

'