Archive de la catégorie ‘Crimes en Deux-Sèvres’

31 janvier 1825. Sur la place de la Brèche à Niort, un homme vient d’être installé sur la guillotine par le bourreau devant plusieurs dizaines de curieux. Il se nomme Louis Giraud. A 48 ans, ce vigneron journalier a été reconnu coupable de l’assassinat d’une septuagénaire dans le bourg d’Usseau par la cour d’assises des Deux-Sèvres quelques semaines plus tôt. Il est 13 h lorsque la lame s’abat sur son cou. Louis Giraud est le douzième homme guillotiné en Deux-Sèvres depuis la mise en place du code pénal napoléonien en 1811.

A l’heure où les circonstances atténuantes n’ont pas encore pris place dans le droit français, tout accusé reconnu coupable de meurtre avec préméditation (assassinat) est systématiquement condamné à mort. La Restauration de 1815 a mis en place un système judiciaire « efficace ». Crime en juillet, jugement en septembre, pourvoi rejeté en décembre, exécution en janvier. A la décharge du régime, force est de constater que les criminels ne font pas toujours preuve d’un grand discernement. La preuve ici. Juillet 1824. Louis Giraud est au bord de la faillite. Criblé de dettes estimées à plus de 1500 francs, « Girottin », comme on le surnomme à Usseau, a semble-t-il trouvé la solution à ses problèmes. Depuis quelques jours, le natif des lieux a décidé de tuer une des habitantes les plus riches de son village, Françoise Pacaud, 75 ans. Il n’est entré chez elle qu’une poignée de fois mais il est de notoriété public que la femme dispose d’un petit magot chez elle. 1800 francs disent certains. Alors, le mercredi 7 juillet à 7 h du matin, « Girottin » prend la direction du domicile de « la boiteuse »1. Discrètement, il se glisse à l’intérieur du chais de la maison et armé d’une trique patiente discrètement. Sa future victime est à la messe. Il la surprendra à son retour et pourra ensuite pénétrer dans la maison pour s’attaquer à ses biens. Lire la suite »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le racisme ordinaire au XIXe siècle à l’encontre d’un étranger, à St-Jean-de-Thouars en 1911. Quant la bêtise humaine bouleverse le destin de trois jeunes hommes à l’aube de la Grande Guerre.

8 juin 1911. André Menato pénètre vers 18 h dans l’auberge de Louis Lesquillard,  à St-Jean-de-Thouars.  A 19 ans, ce colporteur, originaire du Tyrol, est ravi de pouvoir se reposer après de longues heures de marche. Il ignore en s’installant à la table de Vincent Régent et Eugène Fillault, 22 ans, que son destin est sur le point de basculer. Lire la suite »

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPremier « Crime du jeudi » de la saison XIII. Une histoire survenue en 1835 à Nueil-sous-les-Aubiers. Pour un motif futile, un domestique se lance dans une course criminelle effrénée. Edifiant.

« C’est un être dont l’intelligence est faible ; cependant dans son état habituel, il n’est pas privé de son sens commun mais il suffit des causes les plus légères pour faire dévier ses facultés à un point qui constitue l’absence d’un esprit lucide et d’une volonté libre.  Enfin, il est susceptible d’être atteints de folie furieuse.» Ce personnage, dépeint par un expert psychiatrique en ce mois de septembre 1835, n’est autre que Louis Saulais, un domestique agricole de 55 ans. Quelques semaines plus tôt rien ne prédisposait cet homme au visage ovale et à la barbe grise, serviable et apprécié de ses patrons, à basculer dans le drame absolu. Lire la suite »

xiii-la-serie-serietv-5128Depuis le jeudi 16 juillet , vous pouvez retrouver dans « La Nouvelle République » ma chronique judiciaire relatant des crimes survenus dans les Deux-Sèvres au XIXe et XXe siècles. Au programme, sept homicides qui permettent aussi  de comprendre comment nos ancêtres vivaient. Déjà la XIIIe saison ! Un vrai plaisir.

Le journal Le Bocage et la Plaine fait sa "une" sur le crime de Mauzé-Thouarsais, le 20 mai 1939 ( Archives Départementales, F PER 175-24)  Le destin des hommes ne tient souvent qu’à un fil. Des difficultés passagères, une mauvaise rencontre, des conseils véreux font  parfois basculer des êtres appréciés de la communauté villageoise dans la criminalité . Illustration avec ce fait divers tragique survenu à Mauzé-Thouarsais en 1939.  

« J’aimais beaucoup mon fils et je l’aime encore beaucoup actuellement, mais je vois bien que j’ai brisé mon ménage »1. Les yeux rougis, Marcel Fouillet, 28 ans, ne peut cacher sa peine. Face à lui, le juge d’instruction Marcel Royer ne cesse de le harceler de questions depuis de longues minutes. Il est un peu plus de quinze heures ce 23 août 1939 et le journalier sent que l’étau est en train de se resserrer autour de lui. Dans sa tête, les images se bousculent : l’agonie de sa femme, l’hôpital psychiatrique, le sourire de sa maitresse, les pleurs de son fils, le flacon de taupicine, les conseils de son patron… Lire la suite »

20150501_133959_Richtone(HDR)963 livres vendus entre mai 2014 et avril 2015. Des ventes modestes (en moyenne trois par jour) mais les livres (GAC des Deux-Sèvres, GAC de la Touraine) vont respectivement fêter leur 7 et 10 ans. Au total, on doit pas être loin de 10 000 livres vendus. Alors merci à tous ceux qui ont fait la démarche de me lire. A très bientôt j’espère.

1
Mai

Billy, le « kid » sans pitié (Rorthais, 1930)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Deux-Sèvres

L'acte de décès de Joseph Billy rédigé par l'administration du bagne de Guyane  (archives nationales d'Outre-Mer, Aix-en-Provence)Depuis la nuit des temps, la propriété, l’héritage et les biens familiaux constituent des motifs de fâcheries dans un bon nombre de familles. Mais le 10 novembre 1930, Joseph Billy, un jeune cultivateur du nord des Deux-Sèvres va commettre le plus horrible des crimes pour régler ses problèmes de succession.

Le 10 novembre 1930. 22 heures, le temps est épouvantable sur tout le nord des Deux-Sèvres. Les arbres s’agitent et la pluie tombe avec une rare violence. Alors que chacun se calfeutre chez soi, un homme robuste affronte cette tempête sur un chemin près de Rorthais, dans l’arrondissement de Bressuire. La mâchoire puissante, le regard déterminé, le visage ruisselant, l’individu trace son chemin dans l’obscurité au beau milieu de la tempête. L’heure tardive et le mauvais temps le mettent à l’abri d’une éventuelle rencontre. C’est d’ailleurs préférable vu le contenu du fardeau qu’il porte sur son dos car il s’agit ni plus ni moins d’un cadavre. Lire la suite »

11
Avr

Un mystérieux tireur dans la nuit (Juillé, 1880)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Deux-Sèvres

Le 10 juin 1880, le verdict de la cour d’Assises a surpris tout le monde. (Sources : archives départementales)22 février 1880, 22 heures. Jean Travers marche le cœur léger sur un chemin allant de Juillé à Ensigné, non loin de Brioux. Si ce journalier robuste de 35 ans affiche une telle joie de vivre, c’est qu’il doit se marier dans quelques semaines. Il vient d’ailleurs de dîner avec Céleste Matras, sa promise, et ses futurs beaux-parents, histoire de régler les derniers détails du mariage. Avant de s’engager dans la nuit pour rentrer chez lui, il a embrassé Céleste. Il ignorait à cet instant qu’il s’agissait peut-être de la dernière fois. Lire la suite »

13
Déc

La tragique odyssée de Py (Niort, 1919)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Deux-Sèvres

Le journal Mémorial des Deux-Sèvres a suivi l'affaire en narrant notamment le procès. 24 décembre 1919. (Archives départementales des Deux-Sèvres)Les affaires criminelles et l’étude des archives qui les accompagne nous éclairent sur bien des aspects de la société. Ainsi, le crime commis à Niort en 1919 montre qu’une communauté chinoise était présente dans les Deux-Sèvres au début du XXe siècle. Venus comme ouvriers lors de l’industrialisation du département, ils participèrent à la construction de la gare de Niort tout en prenant place dans les statistiques de la délinquance. La preuve.

Avril 1919. Ou Tcheu Ki pénètre dans une petite épicerie route d’Aiffres à Niort. Ce Chinois d’une quarantaine d’années ne le sait pas encore mais la course qu’il a prévu de faire dans ce petit commerce va bouleverser  sa vie. A peine a-t-il fait quelques pas dans le commerce qu’il tombe sous le charme de la femme qui s’avance vers lui. Elle se nomme  Marie Gouin. Elle a 35 ans. Elle est propriétaire de la boutique. Lire la suite »

Louis Gerson n’a finalement travaillé qu’un an pour les frères Vergnault. Non reconduit  le 1er novembre 1827, il s’est engagé quelques jours plus tard pour des fermiers de  la commune de Gourgé. (sources : Archives Départementales) L’étude des archives judiciaires des Deux-Sèvres nous montre que les experts du crime n’étaient pas toujours en mesure de « repérer » des traces sur les corps des cadavres. Au point de déclarer la mort naturelle. C’est souvent la rumeur publique qui permettait l’ouverture d’une enquête et se chargeait ensuite de désigner le coupable idéal. Exemple glaçant.

2 novembre 1827. A la Largère, une métairie de la commune d’Amailloux, c’est l’heure du souper. Autour de la table, les frères Jacques et François Vergnault, exploitants de la propriété, ont pris place. A côté d’eux, l’épouse de François est là pour les servir. Malgré l’état avancé de sa grossesse, la femme fait son possible pour que le repas se déroule du mieux possible ; malheureusement, l’ambiance n’est pas vraiment à la fête. Lire la suite »

Page 3 sur 712345Dernière page »
'