Archive de la catégorie ‘Crimes en Deux-Sèvres’

20
Juin

Le sauteur du pont Main (Niort,1886)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Deux-Sèvres

 

27 avril 1886. En début d’après-midi, une femme d’une cinquantaine d’années marche dans les allées paisibles des jardins de la place de la Brèche. Par cette belle journée de printemps, elle ne se doute pas que sa vie va prendre fin dans quelques minutes sous les yeux des passants ébahis.

Quelques heures plus tôt, rien ne laisse supposer un tel drame. Françoise Dufour est allée boire un verre avec Jean Laurent et M. Gouet. Le moment s’est révélé plutôt agréable même si le premier s’est de nouveau montré très pressant avec elle. Ce rémouleur de 27 ans doit probablement espérer renouer mais sa décision est irrévocable. Elle ne l’aime plus. Alors, à la sortie du bar, elle a remercié les deux hommes et a poursuivi son chemin seul. Lire la suite »

8
Juin

Le drame du Bois Verdon (Tillé, 1913)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Deux-Sèvres

« Le Drame du Bois Verdon » est l’une des affaires judiciaires les plus marquantes du XXe siècle en Deux-Sèvres. La personnalité de l’accusé et le verdict y sont pour beaucoup.

Samedi 18 octobre 1913, 17 heures. Marie Phélippon ouvre la porte de son domicile avec un grand sourire. Son frère, Clément Phélippon, sa femme Suzanne Michelin et leur fils de 7 ans Robert, s’engouffrent dans sa belle demeure. Comme toutes les semaines, Marie aime recevoir ses invités, un couple uni, riche et bien sous tout rapport. Pourtant, le mariage des Phélippon bat de l’aile. Clément, industriel saumurois, n’aime plus sa femme. Délaissée, Suzanne, issue de la bourgeoisie thoursaise, s’est consolée dans les bras de Jean Pasneuil, le maître de chais du domaine de son mari. En guise de réponse, Clément a renvoyé l’employé et exclu sa femme de son testament. Lire la suite »

Page 8 sur 8« Première page45678
'