Archive de la catégorie ‘Crimes en Touraine’

Lorsqu’il éclate au grand jour, le crime et l’instruction qui l’accompagne, permettent parfois de lever le voile sur d’autres faits tout aussi graves. Illustration avec le crime de Ligré, survenu le 22 janvier 1927.

22 janvier 1927. Yvonne Saillour, une jeune paysanne de 13 ans vaque à ses occupations dans la maison familiale située à la ferme du Gourbier, à Ligré. Alors que le déjeuner vient de s’achever, l’adolescente sursaute. Des hurlements épouvantables s’échappent de l’autre bout de la maison. Yvonne se précipite. Son cœur bat la chamade car elle a parfaitement reconnu la voix de sa mère. Tremblante, elle pénètre à toute allure dans la pièce servant à la confection du pain. Elle ouvre la porte. La scène qui s’offre à elle dépasse l’entendement. Lire la suite »

20
Déc

Léonide une coupable innocente (Cussay, 1908)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

La banalisation des infanticides et la détresse des mères criminelles plongent les jurés dans des situations embarrassantes ; au point dans certains cas de prononcer des verdicts étranges. L’affaire Léonide Verna (1908) à Cussay  est là pour l’attester.

Eté 1908. La ferme des époux Louaut respire la joie de vivre. Aidée de leur domestique, Léonide Verna, la famille cultive quelques hectares de terre à la Maison-Neuve dans la commune de Cussay. L’aide de cette femme célibataire de 27 ans est précieuse car le travail quotidien sur la ferme est harassant. En ce soir du 19 août 1908, les époux Louaut et leur domestique savourent ce moment de répit. Même si les visages et les corps sont épuisés par les moissons, l’ambiance est paisible. Lire la suite »

2
Déc

Une terrible erreur de jeunesse (Saint-Denis-Hors, 1904)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Quelques-uns des crimes de sang sont perpétrés par de jeunes gens qui commettent l’irréparable au sortir de leur adolescence. Un passage à l’acte qui va bouleverser leur vie.  Déportés pour la plupart en Guyane, les jeunes  assassins porteront toute leur vie ce terrible écart. Beaucoup ne reviendront d’ailleurs  jamais de cet enfer.

12 novembre 1903. M. Ronflard, cultivateur à Saint-Denis-Hors circule sur la route conduisant au village des Vallées, non loin d’Amboise. Après plusieurs minutes de marche, il reconnaît au loin la jeune Raymonde Bordier, 19 ans, en train de discuter sur le bord de la route avec un inconnu. Il la salut avec plaisir. Raymonde, il la connaît depuis longtemps. C’est une fille honnête, polie et très appréciée dans le village. En passant devant les deux jeunes gens, M. Ronflard saisit une phrase de la jeune fille : « Non, je vous dis non, et ce sera non. » (1) Lire la suite »

19
Oct

La Touraine plongée en pleine « série rouge »

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

En Indre-et-Loire, le tournant des années 1880-1890 est marqué par une série d’assassinats particulièrement violents. L’histoire du crime de Lussault illustre ce que les journaux parisiens ont appelé :  « la série rouge de Touraine »

9 février 1890. Lussault est en émois. Dans ce petit village, au lieu dit La Vallée-des-Ombres, le corps sans vie de Rose Bernard, 66 ans, vient d’être trouvé. L’affaire est d’autant plus dramatique que la malheureuse veuve a été assassinée. C’est Silvain Touchelet, un proche de la victime, qui a découvert le cadavre de la victime, allongée sur le dos dans sa cuisine, la tête baignant dans une mare de sang. Lire la suite »

9
Oct

L’empoisonneuse aux allumettes (Savonnières, 1898)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

C’est entendu, les femmes commettent moins de crimes que les hommes. Pourtant, lorsqu’elles se décident à franchir le pas, leurs procédés sont parfois imaginatifs et déroutants. La preuve…

Tours, 28 septembre 1898. Une foule énorme s’engouffre dans l’enceinte de la cour d’assises. En quelques secondes, le tribunal est plein à craquer. A 12 h 45, les plus chanceux qui sont parvenus à trouver une place découvrent enfin le visage de l’héroïne du feuilleton judiciaire qui tient en haleine les lecteurs de la presse quotidienne de l’Indre-et-Loire depuis plusieurs semaines.   Lire la suite »

13
Sep

Le monstre de la rue du Cygne (Tours, 1924)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

L’affaire Zeiro Finatti en 1924 à Tours est l’une des plus sordides du XXe siècle. Cet Italien de 39 ans sera le dernier condamné exécuté en public en Touraine.

L’air triste, Zeiro Finatti passe son mouchoir sur sa moustache et sur ses yeux. Cet Italien de 39 ans, qui ne maîtrise absolument pas le Français, se trouve pourtant en ce 26 juin 1924, face à l’une des plus impressionnantes institutions de l’hexagone : la cour d’Assises. Lire la suite »

30
Août

Le drame de la rue des Anges (Tours, 1890)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

La « Belle Epoque » ne fut pas une période dorée pour toutes les couches de la population. Pour les « classes laborieuses », le tournant du XIXe et du XXe siècle constitue certes une période d’amélioration du niveau de vie mais la misère y reste grande. Les débits de boisson offrent alors un moyen de s’évader grâce à l’alcool et aux filles de joie. Dans ces lieux parfois sordides, les drames ne sont pas rares.

1er janvier 1890. A Tours, au 22 de la rue des Anges, les clients du débit de boisson célèbrent la nouvelle année au milieu du brouhaha général. Parmi eux, Ernest Plu, 36 ans, un habitué des lieux. Le teint pâle, les mains tremblantes, l’homme, assis à sa table, semble très perturbé. « Qu’est-ce que vous avez donc, vous venez de faire un mauvais coup ? » lui lance à la volée la fille Duchène en passant près de lui. La cliente ne semble pas si bien dire. A l’étage, dans la chambre qu’il partage avec un autre couple, Ernest Plu vient de commettre un acte épouvantable. Lire la suite »

Les « crimes d’honneur » sont plutôt rares dans les annales judiciaires de la Touraine. Lorsque ce type de meurtre est commis par une femme, il devient un phénomène médiatique. Voici l’histoire incroyable de Marguerite Baillet…

Marguerite Baillet pleure à chaudes larmes. La main droite crispée sur son mouchoir, elle n’ose affronter le regard pourtant compatissant des dizaines de personnes venues assister à son procès. Si d’ordinaire le public est acquis à la cause de la victime, il a cette fois choisi le camp inverse, celui de cette petite femme de 47 ans au destin tragique. Lire la suite »

10
Août

Crime au jardin de La Plaine (Saint-Cyr, 1893)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Les « véritables » crimes passionnels sont commis par des gens désespérés qui tentent ensuite de commettre l’irréparable sur leur propre personne. La preuve avec cette histoire extraordinaire.

14 avril 1893. Rue de la Tranchée, à Saint-Symphorien, Pierre Lanfroid, 27 ans, relit les trois  lettres qu’il vient tout juste de finir de rédiger. Alors qu’il les glisse dans leurs enveloppes, il sent l’émotion le submerger. Depuis plusieurs mois, Pierre souffre le martyr. Pour sortir ce mauvais pas, il doit absolument poster ces trois lettres et se rendre à Saint-Cyr. Lire la suite »

Les parricides (crime du père) sont rares. Lorsqu’ils se produisent, la justice se montre généralement très sévère. Illustration avec l’affaire Nicier à Saint-Nicolas-de-Bourgueil en 1883 

A Champ-Penault, commune de Saint-Nicolas de Bourgueil, Mme Nicier, ferme la porte de son domicile et s’engage sur le chemin communal vers 9 heures 30. En cette matinée du 23 janvier 1883, l’agricultrice, un panier sous le bras, prend la direction de Bourgueil où elle compte vendre sa production de beurre. Comme chaque jour de marché, il est convenu que Pierre, son époux, la rejoindra en fin de matinée. Alors que Mme Nicier s’éloigne de sa ferme, un homme, tapis dans les bois, attend son départ pour mettre son plan en action. Lire la suite »

Page 2 sur 3123
'