Archive de la catégorie ‘Crimes en Touraine’

En plein centre ville, les archives départementale de la Touraine accueille le public dans un espace qui respire l’Histoire. Le personnel y a réalisé un gros travail sur la série 2 U, référençant l’intégralité des crimes jugés en cours d’assises et proposant surtout des catalogues à plusieurs entrées : Lire la suite »

21
Juil

Au fond du trou (Bueil-en-Touraine,1893)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

 L’affaire Panvert à Bueil-en-Touraine en 1893 est l’un des faits divers les plus surprenants du XIXe siècle. La preuve…

13 mars1893. A respectivement 23 et 28 ans, Marie et Louis Panvert, mariés depuis sept ans, appartiennent à la catégorie des couples électriques. Dans ce ménage d’agriculteurs qui loue une ferme à la Soudairie, commune de Bueil-en-Touraine, à l’extrême nord de l’Indre-et-Loire, les discussions tournent souvent à l’affrontement. Si le mari est un habitué des coups, Marie est du genre impulsive. A la maison, c’est elle qui crie le plus fort. Lire la suite »

20
Juil

La tuerie des bords de Cher (Tours, 1881)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Lucien MorissetL’affaire Lucien Morisset est l’une des histoires criminelles les plus étranges des archives judicaires du XIXe siècle. La personnalité troublante de son principal protagoniste y est pour beaucoup.

Lucien Morisset n’est plus clerc de notaire. D’ailleurs, en ce printemps 1881, le jeune homme de 23 ans n’est plus grand-chose. Il vient de perdre son travail. La faute à sa manie de voler ses différents patrons. Le dernier en date, Maître Galpin l’a chassé pour un autre motif : manque d’assiduité à l’étude et au travail. Pour le jeune homme, l’honneur est sauf. Ses patrons ne se sont pas rendus compte de ses larcins. Et puis après tout, il s’en moque. Lire la suite »

19
Juil

Assassiné au pied du marronnier (Avoine, 1908)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

9 mai 1908. En milieu d’après-midi, sous le regard de quelques curieux, le juge d’instruction Sergent marche sur une petite route qui conduit de Chinon au village de Coulaine. Une délégation de plusieurs gendarmes l’accompagne et lui désigne deux marronniers situés en hauteur, à une petite dizaine de mètres à l’écart du chemin. Le magistrat grimpe sur le talus et découvre au pied de l’un des arbres, le cadavre d’un homme, les bras repliés à hauteur du front. Le juge fronce les sourcils. La boite crânienne du malheureux est défoncée par deux énormes blessures. Il y a du sang partout, sur le tronc du marronnier mais aussi sur les branches à plus de deux mètres de hauteur. Nul doute que l’homme ne s’est pas fait ça tout seul. Lire la suite »

16
Juil

Crime au « Café du boulevard » (Tours, 1904)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Le crime du « Café du boulevard » à Tours est l’une des affaires les plus fascinantes du début du XXe siècle.

29 avril 1904. Vers 23 heures, Antoinette Hubel, 39 ans, ferme la devanture de son café situé au 27 du boulevard Béranger à Tours, aidé de son employé, Alphonse Lair, 18 ans. Dans la salle de café désertée, Antoinette Hubel sent tout à coup la présence de son jeune employé dans son dos. Lire la suite »

10
Juin

« Un amoureux féroce » (Saint-Germain-sur-Vienne, 1898)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Même si le droit pénal ne les reconnait d’un point de vue législatif, les crimes passionnels engendrent souvent la clémence des jurés. La  preuve avec l’histoire d’Eugène Gallé en 1898 à Saint-Germain-sur-Vienne.

7 septembre 1898. Eugène Gallé, petit brun au visage creusé, s’installe à la table de son ami Armand Gris, maréchal-ferrant à la Chaussée, commune de Saint-Germain-sur-Vienne. Le visage pâle, la sueur dégoulinant de son front, Gallé, cultivateur de 25 ans, siffle la bouteille d’eau de vie en quelques minutes et lance en quittant les lieux. « Je viens de tuer Marceline. Au revoir ! » Lire la suite »

7
Juin

Interview pour les 10 ans du « Crime du jeudi »

   Ecrit par : Olivier Goudeau   in Crimes en Touraine

Le vendredi 15 juin 2012, j’ai eu le plaisir d’accueillir au coeur des archives départementales des Deux-Sèvres, deux journalistes de la Nouvelle République. Ce lieu a été choisi pour célébrer les 10 ans de la parution dans ce quotidien de la chronique estivale, « Le crime du jeudi ». Ce fut aussi l’occasion de présenter les sources judiciaires sur lesquelles je m’appuie pour mener mon travail de recherche. Lire la suite »

Page 3 sur 3123
'