Ma dernière collaboration en date avec les Archives Départementales des Deux-Sèvres, la rédaction d’un catalogue et d’une exposition sur l’histoire de la correspondance en Deux-Sèvres sur près de 1000 ans. Cette recherche, intitulée « Correspondances dévoilées, d’un millénaire à l’autre », a été exposée aux archives au cours du premier semestre 2012. Le catalogue et l’exposition sont toujours disponibles aux archives. 

 

« La correspondance est une pratique ancienne et universelle. Malgré son aspect normatif, elle est le vecteur des émotions et a inspiré les arts. Les Archives départementales recèlent nombre de documents du Moyen Âge à nos jours. Le sceau et la signature valident et authentifient les actes des puissants. Puis, à partir du XIXe siècle, grâce à l’arrivée des facteurs en France et en Poitou, les Français adoptent la Poste comme un outil d’échange incontournable.

La lettre reste une source riche d’informations pour l’historien. Durant une guerre, la lettre est souvent le seul lien privilégié avec les familles et permet aux soldats de garder le moral, même si la censure limite les échanges. La lettre d’amour reste l’expression de l’intimité de l’auteur. Elle peut parfois servir de preuve judiciaire dans les cas de « crimes passionnels ». L’histoire française relate aussi plusieurs cas célèbres de dénonciation par lettre anonyme, notamment durant l’Occupation. L’histoire se sert aussi de la correspondance pour mieux cerner les drames politico-religieux qui se nouent parfois, comme en 1906 lors de l’inventaire des biens de l’Église ou durant la Guerre d’Algérie. Les nouvelles technologies induisent une évolution des mentalités et des pratiques de nos concitoyens au détriment de la lettre classique. Elles remettent en cause les formes de « correspondances. » (1)

(1) : http://archives.deux-sevres.com/archives79/Actionculturelle/Pourtous/Publications.aspx

Tags: , ,

Cet article a été publié le lundi 13 janvier 2014 à 11:42 et est classé dans Travaux de recherche et publications. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.
'