21
Juil

Les grandes affaires criminelles de la Touraine (2008)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Travaux de recherche et publications

grande affaire criminelle de la TouraineAprès une collaboration réussie pour le livre « Les grandes affaires criminelles en Deux-Sèvres » en 2005, Geste éditions me confie en 2007  la rédaction de l’ouvrage Les grandes affaires criminelles de la Touraine . Au départ réticent car non spécialiste du département, j’ai fini par accepter de relever le challenge. Aux archives départementales de l’Indre-et-Loire où la série 2 U est extraordinairement bien classée, j’ai multiplié la prise de photographies des dossiers de procédure (interrogatoires, actes d’accusation, autopsies,  expertises judiciaires) et de la presse (procès). Revenu à mon domicile, je pouvais travailler à partir de ces clichés ce qui m’a permis de résoudre les problèmes de distance avec mon lieu de résidence tout en d’offrant un travail de qualité ; car  comme dans mon premier ouvrage, tous les faits et dialogues narrés dans le livre ont été trouvés aux archives de la Touraine. Rigueur dans l’écriture et plaisir pour le lecture, tels furent mes exigences lors de la rédaction de cet ouvrage. A travers les dix histoires criminelles choisies, j’ai aussi découvert une région magnifique où les tragédies criminelles ont été particulièrement fortes. Lire la suite »

18
Juil

Célina, une coupable innocente (Mauzé-Thouarsais, 1908)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

« Oui » reconnait l’accusée. L’infanticide ! Un grand classique des procès d’assises du début du XXe siècle. A l’origine de ce « fléau », des jeunes femmes « coupables » d’avoir succombées au pêcher de la chaire alors qu’elles n’étaient pas mariées. Une honte dans une époque marquée par le poids de la religion. Garder l’enfant ou le supprimer? Un choix cornélien dont beaucoup de femmes ne se remettront pas jamais.

Dimanche 24 mai 1908. Célina Geay s’enfuit à toutes jambes du domicile de Mélanie Julliard à Mauzé-Thouarsais. A peine sortie de la maison de sa patronne, la couturière, venue effectuer quelques heures de ménage, est de nouveau prise de violentes douleurs au ventre. Elle cesse sa course et se dissimule dans un fossé. Là, à l’abri des regards Célina, 22 ans, met au monde son premier enfant. Lire la suite »

Dessin de la coupe transversale de la poitrine de la victime. Sous le cœur, on distingue une tâche noire, la décharge de plombs tirée presque à bout portant. (Archives départementales d’Indre et Loire.)Les archives judiciaires regorgent d’histoires dramatiques, cruelles, parfois drôles ou pathétiques. Aussi variées soient-elles, bon nombre d’entre-elles possèdent un triste dénominateur commun : l’alcool. L’histoire de Marie Baratault en est la plus belle preuve. Lire la suite »

8
Fév

Quand les Deux-Sèvres ressemblaient au Far West (St-Marc-la-Lande, 1904)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

 A l’heure où nos villages célèbrent les temps anciens à travers diverses fêtes estivales, l’idée de faire rimer communauté villageoise ancienne et monde idyllique parait séduisante. Pourtant, la société rurale du XIXe et du début du XXe n’a rien d’un paradis. La campagne deux-sévrienne est un monde âpre, violent, cruel. Les contentieux sont nombreux et la comparaison avec le Far West américain est loin d’être usurpée. La preuve…

10 septembre 1904.  « Viens-tu Jules, moi je m’en vais » hurle un homme à son camarade en détalant à toute vitesse. A cet instant, Jules se redresse, fait demi-tour et s’enfuit à son tour à toutes jambes. En quelques secondes, les deux amis se rejoignent, franchissent une barrière et coupent à travers la campagne de Saint-Marc-la-Lande gagnée par la nuit. Ils laissent derrière eux un homme mourant sur le bord de la route. Lire la suite »

18
Jan

Règlement de compte entre Voisin (Betz-le-Château, 1891)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Touraine

Si les histoires d’amour finissent mal, les verdicts s’achèvent parfois de la plus belle des façons pour les meurtriers. La preuve…

François Voisin tient sa revanche. En ce lundi 26 janvier 1891, le cultivateur de 48 ans, l’air déterminé, marche un balluchon sur l’épaule, en direction de sa ferme située à Betz.  Il sait son plan diabolique. Sa vengeance s’annonce terrible, à la hauteur des moqueries endurées depuis de long mois. Lire la suite »

Ma dernière collaboration en date avec les Archives Départementales des Deux-Sèvres, la rédaction d’un catalogue et d’une exposition sur l’histoire de la correspondance en Deux-Sèvres sur près de 1000 ans. Cette recherche, intitulée « Correspondances dévoilées, d’un millénaire à l’autre », a été exposée aux archives au cours du premier semestre 2012. Le catalogue et l’exposition sont toujours disponibles aux archives. 

Lire la suite »

21
Déc

Louise attaque… à l’arsenic (Fontperron, 1829)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Femme et crime riment souvent avec arsenic. Une équation parfois gagnante au XIXe siècle, à l’heure où la police scientifique n’existe pas encore.  La preuve .

23 juin 1829. En ce début d’après-midi, une femme, la démarche chancelante, sort de chez elle à vive allure dans les rues de Fontperron, petite commune située entre Saint-Maixent et Vasles. Le visage marqué, le teint pâle, les yeux remplis de terreur, la quadragénaire frappe à la porte de son voisin. « Monsieur le Maire ! » hurle-t-elle au comble de l’inquiétude. Le magistrat se présente quelques secondes plus tard et reconnait aussitôt Louise Defiole, sa voisine. « Je viens d’être empoisonnée par ma belle-fille »2 Lire la suite »

23
Nov

Revue d’Histoire du Pays Bressuirais (Novembre 2013)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Travaux de recherche et publications

Ma dernière publication. Le destin tragique de la petite Olympe à Bressuire au milieu du XIXe siècle. A découvrir dans le n° 69 de la Revue d’Histoire du Pays Bressuirais.

2
Nov

Paulette avait vu la bicyclette (Mauzé-Thouarsais, 1932)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

Sortons de notre esprit le postulat selon lequel tous les criminels planifient leur forfait dans les moindres détails. La plupart d’entre-eux ne sait même pas qu’ils vont commettre  l’irréparable quelques minutes avant le drame. Comme ce jour du 20 janvier 1932 à Mauzé-Thouarsais.

20 janvier 1932. Mme Pellaumail se rapproche au plus près de la porte vitrée et, tout en plissant les yeux, tente de distinguer une forme à travers le carreau. Après quelques secondes d’observation, la femme se retourne vers son voisin, Joseph Goumy. Son visage est livide. « Elle est tombée et il y a beaucoup de sang » lâche-t-elle en s’effaçant. L’homme prend aussitôt sa place. La vision qui s’offre à lui est tout aussi inquiétante. Après quelques secondes de tergiversation, les deux voisins décident d’aller prévenir les secours. Lire la suite »

25
Oct

Aimer à perdre la raison (Javarzay,1934)

   Ecrit par : Olivier Goudeau   et classé dans Crimes en Deux-Sèvres

« L’âme de l’amour n’a aucune idée de jugement : des ailes, et point d’yeux, voilà l’emblème d’une précipitation inconsidérée ; et c’est parce qu’il est si souvent trompé dans son choix, qu’on dit que l’Amour est un enfant. » C’est en ces termes que Shakespeare parlait de l’amour, un sentiment capable de faire perdre la tête et d’engendrer les plus grands drames. Surtout quand les préjugés et la bêtise s’en mêlent.

Lire la suite »

'